Kadija Aflah-Perre

« L’humain, une composante clé »

L’informatique, un métier d’homme ? Peut-être. Cela dit, Kadija en a fait le sien. Amoureuse des mathématiques et de la résolution de problèmes, c’est avec cet enthousiasme qu’elle rentre en école d’ingénieur et découvre le domaine du traitement de l’information. « J’ai tout de suite adoré ! ». Kadija en parle comme d’une véritable rencontre. Elle sait à ce moment-là qu’elle va pouvoir apporter des solutions concrètes en mettant à profit tous ses apprentissages. Aujourd’hui IT Director chez Sage Europe du Sud, elle nous raconte.

« J’ai découvert que j’aimais les liens, l’ouverture, les relations, les cultures … »

C’est SUN Microsystems qui va lui ouvrir les portes de l’international. Pendant deux ans, elle est en poste à Madrid, dans une équipe IT où elle est administrateur système puis DBA. Ce voyage et les rencontres la motive à parler Espagnol. Ce premier dépaysement est un véritable révélateur : elle se rend compte qu’elle est une citoyenne du monde. « L’Espagne est un tournant de ma vie… ça m’a ouvert l’esprit, car je me suis rendu compte qu’on pouvait vivre n’importe où ! ». Ses envies d’espace (dans tous les sens du terme), de rencontres, d’échanges, elle les nourrit en poursuivant sa carrière dans des sociétés internationales.

A son retour à Paris elle capitalise sur ses connaissances IT et prend en charge des projets de plus en plus important. C’est sans bruit et à force de travail qu’elle gravit les échelons un à un. Chez Oracle, en Directrice de programme, elle prend en charge un projet stratégique qui vise à optimiser l’organisation. Objectif numéro un : que les produits déficitaires deviennent rentables. Une équation qui ne lui résiste pas. Elle se lance dans l’analyse des données de production et financières pour apporter des sources d’optimisation. Elle met en action tous ses talents pour résoudre les problématiques rencontrées. Les sujets sont complexes, elle gère les projets de délocalisations, et revoit avec l’ingénierie les processus et les méthodes pour rendre l’organisation plus efficiente.

« L’être humain est une composante clé »

Toutes les évolutions, les transformations, les optimisations, elle le sait, se font parfois au détriment des femmes et des hommes de l’Entreprise. Pour autant « l’humain », ce marqueur fort, reste présent dans toutes ses réflexions. C’est même central pour Kadija qui ajoute : « j’ai fait ces transformations en restant très humaine, j’ai un profond respect pour les personnes ». Dynamique, pleine de joie, c’est aussi une femme qui sait prendre le temps de l’introspection, de la réflexion, et « lever le pied » quand c’est important pour elle. A chaque naissance, elle a pris ce temps : « ralentir m’a permis de changer. Les enfants m’ont fait grandir …. Le fait d’être mère est un atout ». Elle prend de la hauteur et revoit ses priorités. « Parents, nous sommes confrontés à l’analyse des situations avec les éléments du moment, à la prise de décision rapide et à assumer. Pendant longtemps j’ai managé des projets et je ne regrette pas ». Aujourd’hui c’est avec toute cette maturité qu’elle s’occupe de ses équipes.

Directrice des infrastructures techniques, elle occupe deux rôles : IT business partner et directrice de projet. Sa principale mission : mettre en place une organisation efficiente, avec un style bien à elle. « Ma touche : bienveillance, respect, diversité et inclusion ». Au quotidien, ce qui est important pour elle : « que le business puisse travailler ». En permanence elle réfléchit à la pérennité et à la sécurité de ces systèmes. Elle assure également le lien avec les équipes « globales » basées en Angleterre, en veillant aux besoins business. « Comprendre le besoin et le retranscrire en outil technique c’est la magic touch ! » (elle sourit). Elle aime voir ce qui se fait, chercher, dénicher des nouvelles solutions pour les implémenter et ne pas refaire ce qui existe déjà. C’est de cette manière qu’elle gagne la confiance des métiers en apportant des réponses pragmatiques et concrètes. « Je m’assure que les collaborateurs soient contents tous les jours…. Et c’est génial en retour d’entendre « heureusement que tu es là ! » »

« Impossible de considérer l’IT comme une île »

Elle tourne toute son organisation vers le business. Pour elle, c’est la clé de la réussite. « L’IT ne peut pas être un état dans l’état » poursuit-elle. Nous assurons la continuité de service, nous monitorons nos systèmes, nous digitalisons nos processus et améliorons constamment les process techniques. Nous avons une gestion de projet rigoureuse en lien avec la finance. Un projet doit avoir un bon ROI pour être engagé : « l’IT est challengé, ça nous permet de rester les pieds sur terre… Le ROI est notre garde-fou ! ». Pour Kadija, sans compréhension du business pas de bonne réponse technique : « c’est en comprenant que l’on trouve des solutions qui répondent aux attentes ». L’organisation étant matricielle, elle est le lien nécessaire entre le local et le global pour assurer au business qu’il sera écouté et servi.

Et la place des femmes dans une organisation IT ? « On travaille pour que le recrutement soit non-genré ». Notre objectif : atteindre la parité ! Kadija a été récompensée en recevant le prix « Inclusive Leader » qui salue la qualité de son management, basé sur l’égalité, l’inclusion et le respect des cultures. Manager et mère, pour elle ce qui est important c’est d’être aligné avec ses valeurs et les faire vivre.

Femme passionnée, émerveillée et sans limite, c’est le regard tourné vers les étoiles qu’elle pense à l’avenir : « j’espère que mes enfants pourront aller sur Mars ! ». Elle est inspirée par des femmes comme Katherine Johnson, réputée pour la fiabilité de ses calculs et qui sécurisa de nombreux vols spatiaux des programmes Mercury et Apollo. Kadija se rappelle une professeure des écoles, Madame K., qui lui a appris à maitriser son enthousiasme. Dans sa volonté d’apprendre toujours et encore, Kadija se verrait bien fouler des terres lointaines inexplorées. Cela dit, il y a beaucoup à faire ici, et « l’autre c’est déjà une découverte ».

« C’est l’envie qui nous pousse à créer, à réaliser. On est notre principal empêcheur d’avancer…». Pour Kadija les jeunes ont énormément de choses à nous dire, ils nous poussent à évoluer : « ils sont notre futur ». Le conseil qu’elle a envie de partager ? « Animer un feu intérieur et ne jamais laisser personne l’éteindre ».

Le mot de la fin sera pour son équipe : « je suis fière de ma DSI, ils font un boulot formidable ! »

Par Caroline Raveton